Los Production

Stanley Clarke

Né le 30 juin 1951 à Philadelphie (Pennsylvanie), Stanley Clarke effectue ses études à l’Académie de Musique de Philadelphie. Il part ensuite à new York, où il joue avec Art Blakey, Joe Henderson, Chick Corea ou Stan Getz. A partir de 1972, il rejoint Return to Forever en compagnie de qui il écrit parmi les plus belle pages du jazz rock. Son travail en solo est le reflet de ce goût d’un jazz mélodieux, aventureux, rythmé, brillant en tous points. Si School Days (1976) est un classique incontournable du jazz rock, il ne faut pas négliger Stanley Clarke (1974) et Journey to Love (1975), autres très bons albums.

En 1981, il forme The Clarke/Duke project en compagnie du pianiste George Duke. Ensemble les deux virtuoses sortent trois albums. C’est également dans les années 80 que Stanley Clarke commence à composer pour le cinéma et la télévision. Ses collaborations sont forcément innombrables, de Animal Logic avec Stewart Copeland, Jeff Beck, New Barbarians avec Ron Wood, Larry Carlton, Chaka Khan, Jean-Luc Ponty, tous s’arrachent ses services.Sur l’album Toys of Men en 2007, Stanley Clarke vient rappeller qu’il est également contrebassiste, bien que sa réputation soit établie sur sa virtuosité à la basse électrique. L’ensemble des bassistes qui jouent dans un style fusion, doivent énormément à Stanley Clarke qui sait marier à la perfection l’énergie rock, la virtuosité jazz et l’âme du funk. Il n’en faut pas moins pour faire de Stanley Clarke un des bassiste les plus innovateurs de tous les temps. Stanley Clarke forme en 2010 The Stanley Clarke Band qui sort un album homonyme qui reçoit en 2011 le Grammy Award de meilleur album jazz.

Composé de Ruslan Sirota (clavier), Ronald Bruner, Jr. (batterie) et Hiromi (piano), The Stanley Clark Band est de retour en 2014 pour Up.